France’s Anti-Terror Laws Violate Basic Human Rights

Posted on July 2, 2008

0


Human Rights Watch

Paris, July 2, 2008

In its effort to fight terrorism, France routinely arrests and prosecutes people for being associated with possible terror suspects, undermining international fair trial standards, Human Rights Watch said in a new report released today.

Please click here to download a copy of the 2008 Human Rights Watch report entitled “Pre-empting Justice: Counterrorism Laws and Procedures in France”.

“Using the criminal justice system is the right way to fight terrorism,” said Judith Sunderland, Europe and Central Asia researcher at Human Rights Watch. “But prosecuting people because of who they know and what they think sacrifices basic rights, and that is wrong in principle and dangerous in practice.”  
 
The 84-page report, “Preempting Justice: Counterterrorism Laws and Procedures in France,” looks at how France uses a vaguely defined ‘terrorism association offense’ to arrest large numbers of people based on minimal evidence. Human Rights Watch documented credible allegations that terrorism suspects are subjected to oppressive questioning in police custody, linked to a policy that delays a suspect’s access to a lawyer. Many suspects go on to spend long periods in pre-trial detention. Human Rights Watch talked to two dozen people caught up in terrorism investigations and trials, and conducted interviews with counterterrorism officials and judicial authorities.  
 
The lack of appropriate safeguards within the criminal justice system puts France on the wrong side of human rights law.  
 
France is renowned for its preemptive criminal justice approach to countering terrorism. Specialized prosecutors and investigating judges work closely with police and intelligence services to break up alleged networks before they commit a terrorist attack. But reliance on the broad offense of “criminal association in relation to a terrorist undertaking” means that large numbers of people are arrested on the basis of minimal evidence and detained for extended periods. Prosecutions are often based on intelligence material, including from countries with poor records on torture, which defendants cannot effectively challenge.  
 
“France is too eager to set aside rights for the sake of efficiency,” said Sunderland. “To be a real leader, France should uphold rights while confronting terrorism.”  
 
Human Rights Watch will discuss its findings and recommendations during a round-table on human rights and the fight against terrorism in Europe at the Third World Forum on Human Rights in Nantes, France, on July 2.  
 
Safeguards in police custody are a particular concern. Terrorism suspects can be held for up to six days in police custody. Suspects can only see a lawyer after three days of police questioning, undermining the right to an effective defense and putting detainees at risk of ill-treatment. When they do finally see a lawyer, the visit is limited to 30 minutes and the lawyer usually knows almost nothing about the reason for the arrest. By law, police do not have to tell suspects that they have the right to remain silent, and anything they say can be used against them if charges are filed.  
 
Rachida Alam, 34, was arrested along with her husband in May 2004. She was subjected to 25 hours of interrogation during her three days in police custody without once seeing a lawyer. A diabetic, Alam had to be taken to the detention facility’s hospital three times.  
 
Human Rights Watch interviewed suspects who said that sleep deprivation, disorientation, constant, repetitive questioning, and psychological pressure are common in police custody. Human Rights Watch also documented credible allegations of physical abuse.  
 
Emmanuel Nieto, 33, was arrested in October 2005 largely on the basis of statements made by a man detained arbitrarily in Algeria. Nieto claims he was subjected to physical abuse at the hands of the police during his four days in custody, including being punched, forced to kneel for long periods of time, and grabbed by the throat. He was questioned for a total of 45 hours in 13 different sessions.  
 
Suspects charged with terrorism offenses are usually remanded to long periods of pre-trial detention. A reform from 2001 allowing decisions on custody to be made by a separate “liberty and custody” judge has made little difference in limiting pre-trial detention in such cases.  
 
The breadth of the terrorism association offense can lead to a conviction based on a low standard of proof and weak evidence such as that suspects know each other, are in regular contact, or share particular religious and political beliefs.  
 
Interviews with French counterterrorism officials, terrorism suspects and their families, and defense lawyers suggest that France’s approach risks alienating Muslims, potentially radicalizing individuals, and eroding trust in law enforcement and security forces. Neighbors are less likely to tip off the police about suspicious behavior if they don’t believe the accused will be treated fairly.  
 
“Sarkozy has called the fight against terrorism a ‘battle of ideas,’” Sunderland said. “The way to win that battle is to ensure that countering terrorism doesn’t come at the expense of the human rights of suspects.”  

Sample Cases of Torture cited in the HRW Report

Case #1: “Falaqa” with my feet in bowls of ice to clot my blood and hit on the soles of my feet double the intensity of the pain. And this … many days … Pulling out of the toe nails … Injections of products provoking much pain, vomiting … Sleep deprivation until loss of speech. Deafening noises. Wisdom teeth drilled without anesthetic and pain to the point of blackout.… Put in the cold in a big “fridge” or a cold room with the promise that I will die of cold. Always the eyes covered … to the point where I stopped thinking about the bandage or the existence of light.

Case #2: I was held on premises of the Syrian secret service for one year in inhuman conditions. I was in an individual cell 1 meter by 1.9 meters, with a ceiling of 2 meters, in total darkness. I slept on the dirty floor, without access to medical care. I couldn’t talk or had no notion of time, and I was hit time and again. During the winter I did not have heating or hot water … that year in detention in Damascus, I was tortured with a television cable, and they had put me in a tire, which affected my spinal column. Getting slapped was the least of the abuse I suffered …I was forced to admit facts I didn’t know, ignoring, up until the last day of my detention, that there was an international inquiry commission and without the assistance of a lawyer.
 

France: Les Poursuites Des Personnes Suspectes D’activités Terroristes Violent Les Droits Humains

Paris, le 2 Juillet 2008

Dans le cadre des efforts qu’elle déploie pour combattre le terrorisme, la France arrête et poursuit régulièrement en justice des personnes pour leur association avec d’éventuels suspects d’activité terroriste, mettant à mal les normes internationales en matière de procès équitable, a déclaré Human Rights Watch dans un nouveau rapport publié aujourd’hui.

« Avoir recours au système pénal est le bon moyen pour lutter contre le terrorisme », a expliqué Judith Sunderland, chercheuse à la division Europe et Asie centrale de Human Rights Watch. « Mais poursuivre des personnes à cause des gens qu’elles connaissent et de ce qu’elles pensent porte atteinte aux droits fondamentaux. Il s’agit d’un principe erroné et d’une pratique dangereuse. »

Le rapport de 91 pages, intitulé « La justice court-circuitée : Les lois et procédures antiterroristes en France », examine comment la France utilise un délit à la définition floue, celui d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, pour arrêter un grand nombre de personnes sur la base de preuves minimales. Human Rights Watch a recueilli des informations sur des allégations crédibles selon lesquelles les personnes soupçonnées de terrorisme sont soumises à des interrogatoires oppressants pendant leur garde à vue, associés à une politique qui consiste à retarder l’accès du suspect à un avocat. De nombreux suspects passent ensuite de longues périodes en détention provisoire. Human Rights Watch a parlé à plus de vingt personnes impliquées dans des enquêtes et des procès liés au terrorisme et a réalisé des entretiens avec des responsables de la lutte antiterroriste et des autorités judiciaires.

Le manque de protections appropriées dans le système de justice pénale met la France en porte-à-faux avec les principes régissant les droits humains.

La France est réputée pour son approche préventive dans le domaine pénal en matière de lutte contre le terrorisme. Des procureurs et des juges d’instruction spécialisés travaillent en étroite collaboration avec les services de police et de renseignement en vue de démanteler des réseaux présumés avant que ceux-ci ne commettent un attentat. Néanmoins, se fonder sur le délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, infraction à la définition très large, conduit à l’arrestation de nombreuses personnes sur la base d’un minimum de preuves et à leur placement en détention pendant des périodes prolongées. Les poursuites se basent souvent sur des données qui proviennent des services de renseignement, y compris de pays au piètre bilan en matière de torture, données que les accusés ne sont pas en mesure de contester effectivement.

« La France se montre trop empressée à sacrifier les droits humains sur l’autel de l’efficacité », a souligné Judith Sunderland. « Pour être un vrai leader, elle devrait respecter les droits tout en s’opposant au terrorisme. »

Human Rights Watch débattra de ses conclusions et recommandations à l’occasion d’une table ronde sur les droits humains et la lutte contre le terrorisme en Europe qui se tiendra le 2 juillet à Nantes, en France, dans le cadre du 3e Forum mondial des droits de l’Homme.

Les protections pendant la garde à vue constituent un sujet de préoccupation particulier. Les personnes soupçonnées de terrorisme ne peuvent voir un avocat qu’après trois jours d’interrogatoire par la police, ce qui mine le droit à une défense effective et expose les détenus au risque de mauvais traitements. Lorsqu’ils s’entretiennent finalement avec un avocat, la visite est limitée à trente minutes et l’avocat dispose généralement de très peu d’informations sur le motif de leur arrestation. Aux termes de la loi, les policiers ne sont pas tenus de notifier aux suspects qu’ils ont le droit de garder le silence et tout ce qu’ils disent pourra être utilisé contre eux si des poursuites sont engagées.

Rachida Alam, 34 ans, a été interpellée en même temps que son époux en mai 2004. Elle a été soumise à 25 heures d’interrogatoire pendant les trois jours qu’elle a passés en garde à vue sans voir une seule fois un avocat. Diabétique, Alam a dû être emmenée à trois reprises à l’hôpital du lieu de détention.

Human Rights Watch a eu des entretiens avec des suspects qui ont expliqué que la privation de sommeil, la désorientation, les interrogatoires incessants et répétitifs ainsi que les pressions psychologiques sont monnaie courante en garde à vue. L’organisation des droits humains a également recueilli des informations au sujet d’allégations crédibles de violences physiques.

Emmanuel Nieto, 33 ans, a été arrêté en octobre 2005 en grande partie sur la base de déclarations faites par un homme se trouvant en détention arbitraire en Algérie. Nieto affirme avoir été victime de brutalités policières pendant ses quatre jours de garde à vue, notamment avoir reçu des coups de poing, avoir été forcé de s’agenouiller pendant de longs moments et avoir été empoigné à la gorge. Il a été interrogé pendant 45 heures au total au cours de 13 séances différentes.

Les suspects mis en examen pour des infractions liées au terrorisme sont généralement placés en détention provisoire pendant de longues périodes. La réforme de 2001 permettant que les décisions relatives à la détention soient prises par un juge distinct, le juge des libertés et de la détention, n’a quasiment rien changé sur le plan d’une limitation de la détention provisoire dans ce genre d’affaires.

La définition étendue du délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste peut conduire à une condamnation fondée sur des critères peu exigeants en matière de preuve et des éléments de preuve ténus, par exemple le fait que les suspects se connaissent, sont en contact régulier ou partagent des croyances religieuses et politiques déterminées.

Des entretiens avec des responsables français de la lutte antiterroriste, des personnes soupçonnées de terrorisme et des membres de leurs familles, ainsi que des avocats de la défense semblent indiquer que l’approche adoptée par la France risque d’aliéner des personnes de confession musulmane, éventuellement de radicaliser certaines personnes et d’éroder la confiance dans les forces de l’ordre et de sécurité. Les voisins seront moins susceptibles de renseigner la police à propos de comportements suspects s’ils pensent que les accusés ne seront pas traités équitablement.

« M. Sarkozy a qualifié la lutte contre le terrorisme de ‘bataille des idées», a relevé Judith Sunderland. « Pour remporter cette bataille, il faudra veiller à ce que la lutte antiterroriste ne soit pas menée au détriment des droits des suspects. »

Advertisements